Jobintree

chercheur en physique

Les physiciens exercent dans des secteurs de haute technologie. Les télécommunications, l'informatique, l'aéronautique et l'espace, les transports, la mécanique, la métallurgie, l'ingénierie biomédicale... tous ces secteurs avancent grâce aux physiciens.

Cours d'Anglais à partir d'1€/jour 24h/24

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour chercheur en physique :

Vie professionnelle

Des CDD dans le public aussi
Les chercheurs d'organismes publics tels que le CNRS (Centre national de la recherche scientifique), l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) ou l'INRA (Institut national de recherche agronomique), et les enseignants-chercheurs universitaires sont des fonctionnaires recrutés sur concours très sélectifs : environ 10 à 20 % des candidats sont admis comme chargés de recherche dans les organismes publics. Mais, faute de moyens publics, les organismes cherchent des partenariats auprès d'entreprises privées, avec des financements ponctuels pour une recherche donnée. Et cela débouche sur la création de contrats à durée déterminée (CDD), souvent d'un an.
Salaire du débutant
Un chargé de recherche au CNRS : 1950 euros

Conditions de travail

De la mesure à l'ordinateur
Le chercheur partage son temps entre ses appareils de mesure (en acoustique, en science des matériaux...) et son ordinateur. Par exemple, quand il n'observe pas la propagation des ondes, il consulte les bases de données mondiales sur l'avancée des recherches. Et il rédige beaucoup : pour transcrire ses observations, préparer le dépôt d'un brevet, diffuser des rapports d'activité et des articles scientifiques... Publier est primordial dans un environnement aussi compétitif. Et cela vaut pour le chercheur en laboratoire public comme pour celui recruté par des groupes privés.

Compétences

Curieux et persévérant
Spécialiste dans son domaine, le chercheur a le goût de la quête et accepte d'être remis en question. Autonome, il sait identifier des problèmes nouveaux. Il s'adapte au travail en solitaire comme au travail d'équipe. Un programme de recherche associe des chercheurs, des thésards (doctorants), des ingénieurs et des techniciens.

Nature du travail

Ancré dans le quotidien
Des micropuces pulvérisées dans l'atmosphère, capables de surveiller la qualité de l'air ou de détecter des substances chimiques. Ce n'est pas de la science fiction, mais bel et bien une application possible des nanosciences. Et le monde de l'infiniment petit est du ressort du physicien. Les applications mises au point par les physiciens sont largement ancrées dans notre vie quotidienne. Sans lui, le téléphone portable, le laser qui lit les codes-barres des achats, l'imagerie par résonance magnétique (IRM) n'auraient pas vu le jour.
Communiquer, échanger
La vie du chercheur se nourrit d'observations, de formulations, d'hypothèses mises à l'épreuve par l'expérimentation. Elle est faite aussi de tâtonnements, car on peut faire des manipulations et des analyses pendant des mois avant d'obtenir un résultat probant. Le chercheur participe à des colloques sur le plan international. Cela lui permet de savoir ce qui se passe dans d'autres laboratoires, d'entrevoir de nouvelles directions de recherche, mais aussi de faire connaître ses travaux. Il rédige parfois des articles dans des revues spécialisées et consacre beaucoup de temps à la lecture de publications scientifiques.

Formation pour accéder au métier

Le parcours qui conduit au doctorat est long. Il passe par l'obtention d'une licence de sciences de la matière, sciences physiques ou de physique chimie (bac + 3), d'un master recherche dans un domaine proche (bac + 5), et par la préparation d'une thèse sur trois à quatre ans. • Après le master, il faut choisir soigneusement son sujet de thèse et trouver un laboratoire d'accueil. Il est possible de réaliser sa thèse au sein d'une entreprise dans le cadre d'une convention Cifre (convention industrielle de formation par la recherche). • De nombreux docteurs complètent leur cursus par une expérience professionnelle de post-doctorat souvent menée dans un laboratoire renommé situé à l'étranger. Il s'agit d'une mission scientifique, à durée déterminée, rémunérée. À condition de bien choisir le laboratoire et le thème de la mission, et de préparer son retour en France, c'est un atout lors des concours de recrutement des instituts de recherche publique. Un post-doctorat de un à deux ans sera valorisé par une entreprise privée s'il porte sur un thème de recherche qu'elle développe elle-même.