commercial export

Parcourir le monde pour vendre les produits de son entreprise à l'étranger, c'est la vie du commercial export. Sa mission consiste à démarcher des clients hors de nos frontières afin de gagner de nouveaux marchés pour ses produits. Les débouchés ne manquent pas pour ceux qui ont auparavant fait leurs preuves en tant que commerciaux. Et qui possèdent le dynamisme nécessaire !

Formation en alternance d'assitante de responsable import/export pour ce métier.

Cours d'Anglais à partir d'1€/jour 24h/24



Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour commercial export :

Vie professionnelle

Surtout dans l'industrie
Chaque année, environ 3 000 postes de commercial export se dégagent sur le marché de l'emploi. Tous les secteurs d'activité sont concernés, en particulier l'industrie (notamment l'agroalimentaire), les services aux entreprises (les transporteurs par exemple) et le commerce en général. Pour développer leurs exportations, les PME/PMI recrutent. Les jeunes diplômés débutent souvent en tant qu'assistants export basés en France.
Responsable d'une zone export
Après 4 ou 5 ans d'expérience, un commercial export peut occuper un poste de chef de zone export, c'est-à-dire d'animateur du réseau commercial d'une zone. En milieu de carrière, il peut devenir directeur export.
Diriger une filiale
La dernière évolution possible consiste à prendre la direction d'une filiale à l'étranger. Ce niveau de responsabilité ne s'adresse qu'aux commerciaux export ayant une longue expérience derrière eux.
Salaire du débutant
A partir du Smic et jusqu'à 1450 euros brut par mois (+ primes).

Conditions de travail

Décider vite et bien
À l'autre bout de l'Europe, si un contrat important se présente, il faut se décider rapidement et faire le bon choix ! L'autonomie et le sens des responsabilités sont deux qualités importantes pour exercer ce métier.
Nombreux déplacements
Le travail sédentaire (temps passé au bureau) est peu important. Par contre, les déplacements à l'étranger sont fréquents. À prendre en compte quand il faut concilier vie de famille et mobilité géographique.
Du marketing à la vente
Dans les grandes entreprises, le commercial export gère tous les aspects de la fonction commerciale, du marketing à la vente. Il règle des problèmes logistiques (retard de livraison, accident...) et financiers (un client mauvais payeur par exemple). Cela implique des compétences multiples.
Résistance nerveuse
Le commercial export contribue largement aux bons résultats de son entreprise sur les marchés étrangers. Cette fonction est l'objet d'une pression importante. Pour faire face au « jeu » des négociations, une bonne résistance nerveuse est indispensable.

Compétences

Connaître d'autres pratiques
Dans ce métier, le sens de la négociation et le goût des contacts s'expriment au quotidien. Parce qu'il voyage dans des pays de cultures différentes, le commercial export possède une grande ouverture d'esprit. Il doit s'adapter aux habitudes de négociation et aux rythmes de travail propres à ses interlocuteurs étrangers.
Parler au moins 2 langues
Maîtrise des outils du marketing et de la vente (études de marché, contrats, traitement des commandes...), connaissance des circuits de distribution étrangers et des réglementations douanières, maîtrise de langues étrangères (anglais indispensable) complètent son profil. Parler une langue rare est un atout majeur pour intervenir directement dans la langue du pays.

Nature du travail

Décrocher de nouveaux contrats
Son premier travail consiste à contacter ses clients en Europe pour passer en revue avec eux l'état de leurs commandes. Puis il planifie des rendez-vous avec un « prospect » (client potentiel). Il étudie les marchés et les entreprises susceptibles de devenir de nouveaux clients. Il n'hésite pas à se déplacer à l'étranger pour négocier les contrats. Il participe aux salons internationaux et aux foires.
Conserver sa clientèle
Lorsqu'il reste au bureau, il entretient des relations avec les clients déjà répertoriés. Il les conseille et écoute leurs attentes pour pouvoir développer les ventes. Il analyse la concurrence en permanence et recherche de meilleurs partenaires.
Former et encadrer
Dans les PME, le commercial export gère ses dossiers de A à Z : du premier contact à la livraison des produits. Il doit connaître les formalités de douane, ainsi que les techniques particulières d'assurance, de transport et de paiement qui se pratiquent à l'exportation. Dans les grandes entreprises, il s'appuie sur des équipes de vente à l'international qu'il doit former et encadrer lors des négociations techniques et commerciales.

Formation pour accéder au métier

Un bac + 2 est suffisant pour débuter dans la profession, mais les grandes entreprises préfèrent les titulaires d'un bac + 5 .
Niveau bac + 2
• BTS commerce international; • DUT techniques de commercialisation; • Diplôme des écoles de commerce dépendant des chambres de commerce et d'industrie (CCI).
Niveau bac + 3
• Licence pro; • Diplôme des écoles de gestion et de commerce (EGC) dépendant des chambres de commerce et d'industrie (CCI).
Niveau bac + 4 et 5
• Master pro commerce international et langues étrangères appliquées (LEA); • Diplôme d'école de commerce avec une orientation vers l'international.