Jobintree

ingénieur électronicien
ingénieur en électronique

L'électronique est présente dans la plupart des équipements professionnels et des produits grand public : système de navigation, téléphone portable, télévision numérique, guidage de missiles, contrôle du freinage d'un véhicule... L'ingénieur électronicien peut ainsi travailler dans des secteurs variés. De l'idée au produit fabriqué, plusieurs étapes sont nécessaires : le développement, la production, la commercialisation. À chacune d'elles, l'ingénieur joue un rôle bien précis : un ingénieur, sept métiers !

Perdu en anglais ? Prenez des cours adaptés à votre métier !

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour ingénieur électronicien :

Vie professionnelle

Un avenir prometteur
20% du coût d'une voiture en 2003, 35% prévus en 2006 : les applications de l'électronique dans l'industrie automobile ne cessent de progresser. Même constat dans tous les secteurs d'activité. L'électronique apparaît comme une technique stratégique, indispensable à la compétitivité de l'économie. Un secteur aux reins relativement solides malgré les fluctuations du marché.
Des créneaux porteurs
Environ la moitié des électroniciens travaillent dans la construction électronique : fabrication de systèmes de transmission, téléviseurs ou lecteurs de DVD. Des débouchés se situent aussi dans la construction automobile, l'aéronautique, l'armement, l'électroménager, les transports, la construction de machines, le secteur médical. Enfin, les sociétés de service (bureau d'études indépendants...), les administrations et les organismes de recherche ne sont pas en reste.
Salaire du débutant
Variable en fonction du secteur d'activité, environ 3300 euros brut par mois.

Conditions de travail

Autonome et sous pression
Sous la houlette d'un chef de projet, l'ingénieur électronicien bénéficie d'une certaine indépendance au sein de son équipe. Qu'il soit dans un atelier de fabrication grouillant de circuits et de composants, devant sa station d'IAO ou chez un client, il est toutefois sous contrainte pour rester dans la course. Obligation de résultats oblige !
Un rythme soutenu
Des horaires élastiques, voire une certaine dose de stress sont à prévoir en période de bouclage, surtout dans les sociétés d'ingénierie. Quant à la mise à jour de ses connaissances (nouvelles technologies, normes en vigueur...), elle se fait souvent le week-end.
Expérience et mobilité
Les ingénieurs débutent en général dans un service d'études. Ils peuvent ensuite s'orienter vers des postes de chef de projet, de responsable d'unité de production. À la jonction du technique, du commercial et du service, l'ingénieur d'affaires est souvent un ingénieur électronicien avec plusieurs années d'expérience. Dans tous les cas, cap sur la mobilité. En effet, au fil des projets auxquels il participe, un ingénieur peut être affecté à différentes fonctions.

Compétences

Une double compétence
L'ingénieur électronicien reçoit une double formation en électronique et informatique. Elle lui permet de travailler aussi bien sur la partie matérielle des produits (cartes électroniques constituées de composants) que sur leur partie logicielle (programmation). Le métier et les projets bougent vite : il faut savoir s'adapter, évoluer et se former en permanence.
Spécialistes bienvenus
Ce professionnel peut aussi se spécialiser dans l'une des grandes familles de l'électronique : traitement du signal (son, image), micro-électronique (conception et fabrication de puces), hyperfréquences (utilisées en télécommunications)... Quant à l'anglais, il est devenu impératif.
Rapide et réactif
L'ingénieur électronicien ne travaille pas seul dans son coin. Il doit avoir une bonne culture générale et de réelles aptitudes à communiquer pour s'intégrer dans une équipe pluridisciplinaire. Créativité, capacités d'analyse et de synthèse, sens de l'organisation : autant de qualités qui lui seront demandées.

Nature du travail

À la recherche
En première ligne, l'ingénieur de recherche met au point des innovations technologiques qui seront utilisées dans la conception des produits de sa société. Travaillant sur une station d'IAO (ingénierie assistée par ordinateur), l'ingénieur d'études définit l'archi-tecture des produits ou des compo-sants et réalise un prototype. Par une série de tests, l'ingénieur essais vérifie que ce prototype possède bien les caractéristiques attendues.
À la fabrication
C'est à l'ingénieur de production de planifier et d'organiser le travail des différentes équipes, de gérer le personnel. L'ingénieur méthodes définit le procédé de fabrication et assure sa mise en oeuvre. L'ingénieur intégration, coordonne l'assemblage de tous les éléments d'un système et procède aux tests de validation des produits finis.
Sans oublier le commercial
L'ingénieur d'affaires vend des services ou produits sur mesure : il traduit les besoins du client en un dossier technique, propose un devis, mène les négociations, suit les travaux.

Formation pour accéder au métier

Dans tous les cas, le niveau bac + 5 est indispensable. Les écoles d'ingénieurs restent la voie classique, mais le métier est accessible aux diplômés de l'université. • Les écoles d'ingénieurs recrutent sur concours, principalement à deux niveaux : après le bac (S ou STI) pour les écoles avec prépa intégrée (5 ans d'études) ou après une classe prépa, un BTS, le 4e semestre d'une licence ou un DUT (3 ans d'études). Quelques exemples : ECE à Paris, ENSEA à Cergy-Pontoise (95), ENSEEIHT à Toulouse, ENSEIRB à Bordeaux, Polytech'Grenoble, ESEO à Angers, ESIEA à Paris, ESIEE à Noisy-le-Grand (93), ESIGELEC à Rouen, INSA à Lyon, Rennes, Toulouse, ISEN à Lille, ISEP à Paris... Certaines de ses écoles sont universitaires (Paris 6, Paris 11...). L'accès s'y effectue en général à bac + 2. • À l'université, les masters recherche (électronique ; micro-électronique ; systèmes de télécommunications numériques...) et les masters professionnels (composants électroniques ; électronique embarquée et systèmes de communications ; imagerie électronique...) ne délivrent pas le titre officiel d'ingénieur, mais leurs titulaires peuvent occuper les mêmes emplois en entreprise et sont appréciés pour les fonctions d'études et de recherche. Accès après une licence, deux ans d'études.