juriste

Évoluant dans un contexte fortement concurrentiel, les entreprises ont plus que jamais besoin de juristes pour défendre et protéger au mieux leurs intérêts. Ces derniers sont des acteurs incontournables qui veillent au respect de la loi. Les offres d'emploi se multiplient dans de nombreux secteurs comme les nouvelles technologies. Pour le juriste social, les débouchés sont plus étroits. La pratique de l'anglais et des stages sur le terrain restent un atout.

Perdu en anglais ? Prenez des cours adaptés à votre métier !



Juriste / les mots clés du métier

Petites annonces pour juriste

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour juriste :

Vie professionnelle

Des professionnels diplômés
Les fonctions juridiques sont principalement centralisées dans les entreprises de taille importante, et localisées en région parisienne et dans quelques pôles économiques régionaux. Les employeurs recrutent surtout des cadres expérimentés. La revalorisation de la fonction de juriste, liée notamment à un rôle de plus en plus stratégique, ainsi que l'afflux de candidatures rendent les employeurs exigeants. Un diplôme de 3e cycle est souvent demandé, même si les titulaires d'un bac + 4 peuvent encore trouver des opportunités.
Intérim, puis CDI
Une stratégie pour débuter : enchaîner les missions dans une société d'intérim pour multiplier ses chances de décrocher un contrat à durée indéterminée (CDI).Après quelques années d'expérience, un juriste peut occuper un poste de responsable de ressources humaines, par exemple. Il peut aussi se diriger vers un cabinet d'avocats-conseils en tant que consultant. Son expérience en entreprise, sa connaissance de la législation et de la jurisprudence y seront appréciées.
Salaire du débutant
2200 euros brut par mois.

Conditions de travail

Dans une direction juridique
À la différence de l'avocat, qui travaille généralement avec sa propre clientèle, le juriste est salarié de ­l'entreprise. Spécialiste du droit, il est associé à toutes les décisions commerciales, financières et techniques. Dans les grandes entreprises ou les groupes nationaux, il est intégré au sein d'une direction juridique ou rattaché à l'une des directions (financière, par exemple).
Aux ressources humaines
C'est à la direction des ressources humaines qu'exerce le juriste social. Il s'occupe en priorité des affaires de contentieux et vérifie la légalité des contrats. Dans un contexte de concurrence accrue et d'internationalisation des affaires, il devient un acteur majeur dans la stratégie des entreprises.
Plus rarement dans les PME-PMI
Qu'il soit juriste d'entreprise ou juriste social, il est plus rarement employé par des PME-PMI. En effet, les entreprises de moins de 500 salariés utilisent un juriste polyvalent ou s'adressent, en cas de problème, à des cabinets d'avocats, à des cabinets juridiques ou à d'autres professionnels du droit.

Compétences

Un spécialiste pratique
Doté d'une excellente mémoire, le juriste connaît parfaitement les spécialités du droit qu'il pratique : Code du travail, fiscalité, immobilier... et le monde de l'entreprise, de l'économie et des finances.Le juriste doit être capable d'appliquer la théorie au terrain. Il doit aussi maîtriser l'outil informatique et savoir utiliser les bases de données juridiques. Enfin, la pratique de l'anglais devient incontournable dans les groupes internationaux.
Diplomatie et objectivité
Aisance écrite et orale, esprit analytique et de synthèse et rigueur sont indispensables pour comprendre les problématiques d'un dossier, aller à l'essentiel et apporter des réponses précises. De plus, le juriste devra faire preuve de diplomatie et d'objectivité, éviter de porter des jugements de valeur dans son interprétation de la législation.

Nature du travail

Une profession réglementée
En France et dans la plupart des pays d'Europe, toute personne diplômée en droit est qualifiée de juriste, terme générique des professionnels du droit, indépendamment de leurs fonctions. Mais il est impossible de donner des consultations juridiques ou de rédiger des actes, si l'on ne répond pas à des exigences déontologiques, dites de moralité, et si l'on ne possède pas le niveau de formation universitaire minimum requis par la loi nationale (bac + 5).
Assurer une veille juridique
Le juriste se tient informé de l'évolution des lois. À charge pour lui d'exercer une veille permanente afin d'interpréter, d'appliquer et d'expliquer les textes à ses collaborateurs et clients. Il doit être compétent en permanence dans l'ensemble des domaines qui requièrent son intervention : droit des sociétés, gestion des contentieux, assurances...
Intervenir dans divers domaines
De plus en plus, le juriste accroît ses compétences en se spécialisant dans des domaines porteurs : les affaires internationales, le marché européen, la protection de la propriété industrielle et de la propriété intellectuelle, les produits financiers, le marketing et la consommation, l'informatique et les nouvelles technologies de communication.

Formation pour accéder au métier

Le juriste est d'autant plus apprécié qu'il a complété son cursus par une formation en école de commerce ou une formation d'avocat. À noter : un diplôme juridique anglo-saxon peut représenter un atout supplémentaire à l'embauche.
Niveau bac + 5 et plus
• Diplôme de juriste conseil d'entreprise (DJCE); • Masters pro dans les domaines du droit du travail, du droit social... • Mastères juriste manager international; gestion fiscale de l'entreprise; juriste d'entreprise industrielle...