maraîcher(ère)

Le maraîcher peut cultiver les légumes en plein champ ou sous serre. Dans les deux cas, sa production doit répondre aux exigences du consommateur : des légumes de belle apparence, goûteux et pas trop chers. Pour cela, le maraîcher doit respecter l'environnement, s'adapter aux nouvelles technologies (informatisation, électronique...), encadrer des équipes et négocier avec les agents commerciaux.

Cours d'Anglais à partir d'1€/jour 24h/24

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour maraîcher :

Vie professionnelle

Main-d'oeuvre recherchée
Le secteur de la production légumière est l'un des plus importants employeurs de main-d'oeuvre, après la viticulture et la production fruitière. On compte 200 000 emplois (dont 50 % de saisonniers) pour 40 000 exploitations légumières.
Une diversification possible
Les cultures maraîchères recouvrent une large palette de métiers : agent de production, responsable de serre ou de culture, conducteur de machines agricoles, mécanicien, agent de conditionnement, responsable logistique et commercial...
Métier d'évolution de carrière
L'ouvrier maraîcher a des opportunités d'évolution de carrière. En tant que chef d'équipe, chef de cultures... voire maraîcher à la tête de sa propre exploitation.
Salaire du débutant
Variable selon la taille et l'organisation de l'exploitation.

Conditions de travail

En plein champ ou sous serre
Selon le type de cultures, le maraîcher peut travailler en plein air (plein champ) ou sous abri (sous serre). Son rythme de travail suit celui des saisons. Grâce à la mécanisation, il profite de meilleures conditions de travail, notamment en matière d'entretien des plants, de cueillette, de conditionnement et de transport.
Autonome ou associé
Le maraîcher peut travailler en indépendant ou bénéficier du soutien technique et financier de réseaux coopératifs et mutualistes représentés par les sociétés d'intérêt collectif agricoles (Sica) ou des coopératives agricoles.

Compétences

Des connaissances techniques
Aimer le produit et la technique est essentiel. Le maraîcher connaît parfaitement la biologie et la physiologie végétales, les techniques de culture, les types de parasites et les traitements pour lutter contre eux.
Rigoureux et organisé
Il sait conduire des engins agricoles et utiliser l'outil informatique. Rigoureux et organisé, il doit suivre les innovations et connaître la législation en vigueur. À ses facultés d'organisation et de réactivité s'ajoutent des capacités en gestion du personnel.

Nature du travail

Faire pousser les légumes
En plein champ ou sous serre, le maraîcher réalise de nombreuses opérations avant la récolte des légumes et des plantes aromatiques et leur commercialisation. Il prépare le sol, sème ou repique de jeunes plants, applique des traitements pour lutter contre les parasites et les maladies, arrose, enrichit la terre avec des engrais, suit le développement des plants et entretient les cultures et les équipements d'irrigation, de fertilisation...
Profiter des technologies
De plus en plus, le maraîcher utilise des techniques agronomiques de précision, parfois entièrement automatisées. Par exemple, pour préparer des sols ou des substrats (produits qui remplacent la terre dans certaines cultures de serre). Pour irriguer, fertiliser, soigner les cultures et maîtriser le climat.
Gérer travail et commandes
Le maraîcher organise le travail des ouvriers maraîchers, les motive tout en veillant aux consignes de sécurité. Il gère la préparation des commandes en prévoyant l'approvisionnement en plants et fournitures, les coûts de production et d'expédition. Il gère enfin les relations avec les techniciens de coopératives et les commerciaux.

Formation pour accéder au métier

L'horticulture propose un cursus complet, avec des spécialités en productions fruitières et légumières, du CAPA à bac + 3. Le CAPA forme des ouvriers qualifiés qui assurent les travaux courants d'horticulture. Le BPA se prépare en 2 ans après la 3eou en 1 an après un CAPA. Il forme des ouvriers hautement qualifiés maîtrisant les techniques de production ou de commercialisation. Le BP se prépare en 2 ans après un CAPA. Comme le bac pro, il forme des ouvriers hautement qualifiés ou des responsables d'exploitation. Le BTSA forme des responsables d'exploitation. À noter : les licences pro (bac + 3) management des organisations, assorties d'options dans le domaine agricole forment surtout des spécialistes de l'horticulture. • CAPA productions agricoles • BPA travaux des productions horticoles • Bac pro productions horticoles • BP responsable d'atelier de productions horticoles • BTSA production horticole