Jobintree

pharmacien dans l'industrie

Ce n'est pas un métier mais plutôt une multitude de fonctions qui s'offrent au pharmacien dans l'industrie. Développement clinique, affaires réglementaires, fabrication, marketing... pratiquement toute l'industrie du médicament lui est accessible. Encore faut-il qu'il ait acquis, au cours de ses études, un profil « industrie », voire un double profil grâce à une formation complémentaire. Des opportunités de carrière l'attendent, à condition d'accepter le rythme soutenu de l'activité.

Perdu en anglais ? Prenez des cours adaptés à votre métier !

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour pharmacien dans l'industrie :

Vie professionnelle

Une industrie moins euphorique
Si la France est le premier producteur européen de médicaments et de vaccins, le contexte est morose. Malgré de fortes évolutions économiques, technologiques et réglementaires, et des effectifs à la baisse, ce secteur reste néanmoins accueillant pour les jeunes diplômés (les moins de 26 ans représentent 40 % des recrutements chaque année). Les profils de pharmaciens sont toujours recherchés. Mais ils n'occupent qu'un quart des cadres en poste, aux côtés de médecins, de scientifiques issus de l'université, d'ingénieurs et même de diplômés d'écoles de commerce. Leur point fort : être garants de la qualité et de la sécurité des médicaments.
De nouvelles compétences
Les connaissances en management de la production sont les plus recherchées. Mais des besoins se font également sentir du côté de la bio-informatique et des technologies de l'information.
Des carrières évolutives
En production, les jeunes pharmaciens peuvent débuter en tant qu'auditeurs qualité ou responsables sécurité avant de prendre la direction d'une unité. Le secteur offre des perspectives d'évolution avec des passerelles nombreuses entre les métiers. Un pharmacien biologiste peut même décider, au bout de quelques années, de s'installer en officine.
Salaire du débutant
Environ 3080 euros brut par mois.

Conditions de travail

Sous haute surveillance
Procédures, tests, contrôles, autorisations, conformité... La réglementation des produits pharmaceutiques évoluant, il faut sans cesse veiller à ce que le médicament reste conforme. Et ce, de sa conception à son retrait du marché. Résultat : chaque étape est très encadrée et il faut suivre à la lettre les procédures.
Place aux sous-traitants
Ces dernières années, le secteur de la pharmacie s'est réorganisé autour de « géants » mondiaux. Mais ces groupes ont engendré de nombreux façonniers, des prestataires de production qui traitent jusqu'à 150 formules simultanément. Le développement clinique fait également la part belle aux sous-traitants, les CRO (Contract Research Organizations).
Un rythme soutenu
Le secteur impose souvent une activité soutenue. Pour les attachés de recherche, par exemple, la fonction est en général synonyme d'horaires très chargés. Avec de nombreux déplacements (2 à 3 par semaine) pour mettre en place le protocole, puis contrôler les essais. Tous doivent se montrer réactifs face à un marché concurrentiel.

Compétences

Connaître le secteur
L'activité des entreprises du médicament est organisée autour du long parcours que suit ce dernier, de sa découverte à sa mise sur le marché. Les intervenants de chaque étape doivent connaître la réglementation, les normes de qualité, les enjeux financiers... qui leur sont propres.
Anglais indispensable
Rigueur scientifique, dynamisme, facultés d'adaptation et d'organisation, mais aussi sens de la communication sont nécessaires au pharmacien exerçant dans l'industrie. Par ailleurs, la maîtrise de l'anglais s'impose dans un marché internationalisé, pour lire les textes officiels, rédiger des documents techniques et échanger avec des interlocuteurs de diverses nationalités.
L'aptitude au management
De plus, des compétences transversales sont exigées par les entreprises, en particulier l'aptitude au management (diplomatie et fermeté) et au travail en équipe de projet, des compétences budgétaires et la maîtrise de la gestion des bases de données.

Nature du travail

Recherche et développement
De la découverte de la molécule jusqu'à sa commercialisation, les pharmaciens sont omniprésents dans l'industrie pharmaceutique, où ils peuvent exercer différentes fonctions. Après la mise au point d'une nouvelle molécule (sur 10 000 molécules testées, une seule sera sélectionnée pour être transformée en médicament), il s'agit d'en tester l'efficacité et l'innocuité sur des malades volontaires : c'est l'attaché de recherche clinique, maillon essentiel entre le laboratoire et les médecins « investigateurs », qui suit le déroulement des essais. Si les tests sont concluants, le médicament « candidat » est soumis aux autorités sanitaires en vue de la fameuse AMM (autorisation de mise sur le marché). Pour cela, le chargé d'affaires réglementaires constitue un dossier et accomplit les démarches nécessaires.
Production et marketing
Garant des bonnes pratiques de fabrication, le responsable de production gère l'achat et le contrôle des matières premières, anime les équipes de production (souvent une centaine de personnes). Il définit les procédures de fabrication, très strictes (dosages, pesée, contrôles, règles d'hygiène). En commercialisation, un chef de produit est chargé de mettre au point un plan marketing, de diffuser l'information médicale ou de mener des études sur le prix des médicaments.

Formation pour accéder au métier

Les études de pharmacie débute par la PACES (première année commune aux études de santé) accessible après le bac (S de préférence) à l'issue de laquelle il faut passer un concours au nombre de places restreint . Les 2e et 3e années : durant ce 1er cycle, l'étudiant entre de plain-pied dans l'étude du médicament. En fin de 3e année, obtention du diplôme de formation générale en sciences pharmaceutiques (DFGSP), niveau licence. La 4e et 5e année : Au cours de la 4e année, l'étudiant choisit son orientation de 3e cycle. La 5e année, elle, est dite « hospitalo-universitaire » car l'étudiant passe une grande partie de son temps en stage à l'hôpital. Le cycle court: c'est une année de spécialisation. Elle débouche sur le DE (diplôme d'État) de docteur en pharmacie qui permet d'exercer en officine ou dans l'industrie pharmaceutique. Le cycle long (internat) : il dure 4 ans. Il mène à trois diplômes d'études spécialisées (DES) différents. Le DES de biologie médicale oriente vers le métier de biologiste en laboratoire d'analyses, celui de pharmacien des hôpitaux ou celui d'inspecteur de la santé. Le DES de pharmacie peut mener à des carrières hospitalières. Enfin, le DES innovation pharmaceutique et recherche permet de devenir chercheur ou enseignant. • DE pharmacie • DES pharmacie • DES innovation pour la recherche pharmaceutique