régisseur général

La régie correspond à l'organisation matérielle d'un tournage. Le régisseur général veille au confort de chacun : comédiens, techniciens, réalisateur et assistants. Il règle les problèmes d'intendance, est toujours à l'écoute pour résoudre les problèmes pratiques. Même s'il est conseillé de suivre un cursus adapté, le métier s'apprend sur le terrain.

Cours d'Anglais à partir d'1€/jour 24h/24

Petites annonces pour régisseur général

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour régisseur général :

Vie professionnelle

Une carrière à étapes
Impossible de s'improviser à la régie générale du jour au lendemain. On commence habituellement comme stagiaire avant de pouvoir prétendre à un poste de régisseur adjoint. Souvent on devient régisseur général après être passé par un poste de régisseur du son, de la lumière, de la machinerie.
Profession réglementée
Au bout de 2 ans, le Centre national de la cinématographie (CNC) délivre une carte d'identité professionnelle (CIP). Mais ce n'est qu'après encore 4 ou 5 ans que le postulant pourra accéder au titre de régisseur général. Les plus doués pourront ensuite s'orienter vers la direction de production, métier plus stable et plus rémunérateur...
Salaire débutant
1200 euros brut la semaine.

Conditions de travail

Travail irrégulier
Le régisseur général est un intermittent du spectacle. Il alterne donc périodes d'activité et de chômage, peut travailler le week-end et avoir des horaires irréguliers.
Des temps de réalisation divers
Environ 12 semaines (préparation et tournage) sont nécessaires pour réaliser un film français classique. Pour le tournage d'un film historique, avec décors d'époque, par exemple, la préparation est plus importante. Une journée de travail peut compter de 10 à 12 heures.
Anticipant l'organisation
Le régisseur général est rarement présent sur un plateau le jour du tournage. Toujours en décalage, il a pu passer vérifier le décor la veille, reviendra éventuellement le lendemain avant d'aller déposer la pellicule à développer au laboratoire.
En relation avec tous
Pro de la communication, le régisseur général est en relation avec l'ensemble des participants du tournage (directeur de production, comédiens, techniciens, réalisateur...). Le plus souvent, il est secondé par un régisseur adjoint et des stagiaires.

Compétences

Une santé de fer
Tempéraments fragiles s'abstenir. Celui qui se destine à la régie générale doit avoir une santé de fer. Même après une nuit blanche sous la neige, il est totalement exclu de tomber malade. Dynamisme rime avec disponibilité !
Rigueur et débrouillardise
Ce métier de terrain requiert le sens de l'organisation, de la rigueur et surtout de la débrouillardise. Il faut pouvoir analyser et résoudre toutes sortes de problèmes très rapidement. La polyvalence va de pair avec le goût du contact et la capacité à diriger des équipes.
Sens de l'anticipation
Il est indispensable d'avoir une bonne connaissance du travail des autres pour anticiper les problèmes qui peuvent se poser. Par exemple, vérifier la capacité du réseau électrique pour brancher les projecteurs, prévoir une meilleure isolation phonique...
S'adapter à ses interlocuteurs
L'aspect administratif nécessite la rédaction de nombreux courriers. Le régisseur doit s'adresser avec autant d'aisance aux mairies qu'aux sociétés de déménagement ou aux agents EDF.

Nature du travail

Organiser et organiser
Collaborateur direct du directeur de production, le régisseur général est responsable de l'organisation matérielle d'un tournage. Il assure la coordination des diverses opérations prévues par le planning et règle tous les problèmes pratiques.
Préparer le tournage
Son rôle débute dès la préparation du tournage. Il participe aux repérages des lieux, à la recherche des décors, à l'obtention des autorisations de tournage... Il rassemble le matériel (caméra, éclairage...) et veille à sa mise en place au moment voulu.
Programmer les plannings
Il prend en charge le transport, l'hébergement et la restauration de l'équipe en effectuant les réservations nécessaires. Chaque jour, il établit un programme, en mentionnant l'heure de présence des acteurs et techniciens. En cas de retard et de changement de décor, il fait suivre les modifications de plan de travail aux personnes concernées.
Gérer le quotidien
Enfin, il s'occupe des questions d'ordre divers : penser à faire bloquer des rues, réserver des places de stationnement, aller chercher et accueillir les comédiens, recruter et payer les figurants...

Formation pour accéder au métier

Aucun établissement ne délivre de titre de régisseur général. Le métier s'apprend sur le terrain. Il est toutefois possible, voire conseillé, d'avoir suivi des cursus préparant aux métiers du spectacle.
Niveau bac + 2
• BTS métiers de l'audiovisuel, option gestion de production;
Niveau bac + 5
• Masters pro sciences humaines et sociales, mention cinéma, spécialité télévision et cinéma... • Diplôme des écoles supérieures d'audiovisuel disposant d'un département production (École nationale supérieure des métiers de l'image et du son, ENSMIS ex-FEMIS);