Jobintree

souffleur de verre
verrier

75-50 avant J.-C. : de cette époque date la naissance du soufflage de verre, au Moyen-Orient. À l'aide d'une canne (tube d'acier), le verrier se saisit d'une boule de mélange de verre en fusion pour l'étirer et le façonner afin d'obtenir des objets de décoration. Avec peu d'élus à la clé, cette profession exige à la fois des qualités manuelles et artistiques.

Cours d'Anglais à partir d'1€/jour 24h/24

Petites annonces pour souffleur de verre

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour souffleur de verre :

Vie professionnelle

Peu de places
Les grandes cristalleries de l'Est de la France n'offrent pas plus d'une dizaine d'emplois par an. Certaines sont même en difficulté et réduisent leurs effectifs. Les entreprises artisanales emploient, quant à elles, moins de 200 souffleurs de verre sur tout le territoire.
Évoluer ou s'installer
Dans les grandes entreprises, après 5 à 15 ans de pratique, un verrier peut occuper un emploi hautement qualifié : celui de chef de place (pour confectionner les parties les plus délicates des objets). Avec de l'expérience et une solide formation à la gestion d'entreprise, certains s'installent à leur compte.
Salaire du débutant
A partir du Smic

Conditions de travail

Au coin du four
Le souffleur de verre utilise essentiellement des procédés manuels, voire partiellement mécanisés. Il travaille toujours dans un atelier où se trouvent réunis les fours. Suivant son expérience, il occupe un poste correspondant à l'une des différentes étapes de fabrication.
Résistance à la chaleur
Grâce à l'envoi d'un jet d'air comprimé pour développer la paraison, le physique est aujourd'hui un peu moins sollicité. Néanmoins une certaine résistance et une insensibilité à la chaleur restent nécessaires pour travailler le verre en fusion.
Surtout dans l'Est français
Quelque 80 % des souffleurs sont salariés dans les grandes cristalleries de l'Est de la France comme Baccarat, Bayel, Daum, Lalique ou Saint-Louis. Certains peuvent être employés dans des ateliers artisanaux fabriquant de la verrerie de table ou d'ornementation. Enfin, quelques-uns choisissent de travailler à leur compte. Les artisans dans les villes touristiques sont assez nombreux.

Compétences

Les verres
Pas question de traiter du verre pyrex comme du verre cristal. Le souffleur de verre connaît les produits verriers et leurs propriétés sur le bout des doigts. Adroit et rapide, il a le sens des formes et des volumes. Une sensibilité artistique marquée constitue un atout.
La technique et le physique
La manipulation de la matière en fusion demande de supporter la chaleur et de maîtriser parfaitement les consignes de sécurité. Incollable sur les techniques d'usinage et de travail du verre, le souffleur de verre sait utiliser et régler des machines-outils (tour à verre, tronçonneuse...). Il faut entre 5 et 15 ans pour acquérir la maîtrise du geste. Minutieux, il est capable de lire un dessin industriel et possède des notions de physique et de chimie.

Nature du travail

Former par le souffle
La technique de base du souffleur reste inchangée depuis des siècles. Recueillir la pâte de verre en fusion à l'extrémité d'une canne creuse dans laquelle on souffle. Objectif ? Lui donner une forme.
Au contact de la chaleur
1 300 °C : c'est à cette température que la silice (sable avec du quartz) arrive à son point de fusion et se transforme en verre. Dans une chaleur permanente, le souffleur se munit d'une canne d'acier creuse (d'environ 1, 40 m) pour saisir la pâte de verre (la paraison). La boule ainsi dégagée est plus ou moins grosse en fonction du modèle (boule de Noël, luminaire, coupe de champagne...).
Répétitions et rapidité
Après avoir ôté toute impureté à la paraison, le souffleur la fait rouler pour répartir son épaisseur, puis il débute le soufflage. Ce geste sûr et rapide, effectué à plusieurs reprises, est exécuté librement à main levée ou guidé dans un moule où l'on dépose la longue boule rougeoyante. Pour façonner la pièce, le verrier étire cette « cueille », à l'aide de pinces.

Formation pour accéder au métier

Deux diplômes attestent d'une qualification de souffleur de verre : le CAP et le BMA.
Niveau CAP
• CAP souffleur de verre, option verrerie scientifique et technique; • CAP souffleur de verre option enseigne lumineuse;
Niveau bac
• Bac pro artisanat et métiers d'art, option verrerie scientifique et technique; • Brevet des métiers d'art (BMA) souffleur de verre;
Niveau bac+2
• Diplôme des métiers d'art (DMA) décor architectural, option arts du verre et du cristal.