Jobintree

sous-officier de l'armée de l'air

L'armée de l'air emploie des techniciens spécialisés dans les opérations aériennes, le renseignement, la mécanique, l'électronique, la sécurité et la protection, les activités de soutien et de support. Des carrières accessibles de la seconde à bac + 2. Affectés dans les différents services des bases aériennes, ces sous-officiers débutent leur parcours en qualité de contractuels, avant de devenir, éventuellement, officiers de carrière au bout de dix années de service.

Cours d'Anglais à partir d'1€/jour 24h/24

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour sous-officier de l'armée de l'air :

Vie professionnelle

Recrutements réguliers
Sur les 63 000 personnes travaillant pour l'armée de l'air (18,5 % de femmes), un peu plus de la moitié est sous-officiers (55 %). Chaque année, environ 1 000 postes sont proposés à des candidats externes. 
D'abord contractuel
Les sous-officiers débutent obligatoirement leur parcours en qualité de contractuel. Ils signent un 1er contrat de 5 ans à 8 ans selon la spécialité, et peuvent ensuite cumuler différents contrats. Au bout d'un an, ils sont nommés sergents. Par la suite, la réussite à des concours internes et l'ancienneté leur permettent d'évoluer vers les grades de sergent-chef, adjudant, adjudant-chef, major. Au bout de dix années de service, ils peuvent devenir sous-officiers de carrière. Certains deviennent même officiers.
Salaire du débutant
1300 euros brut par mois.

Conditions de travail

Des spécialistes au sol
Pour assurer la surveillance du ciel et intervenir avec ses forces aériennes, l'armée a besoin de tous ces techniciens spécialisés agissant au sol. Affectés dans les différents services des bases aériennes, ils travaillent en équipe dans un bureau, un atelier ou sur les pistes. Les spécialistes du renseignement peuvent travailler à l'étranger.
Vie militaire
Sous les ordres d'un sous-officier expérimenté (chef d'équipe ou chef d'atelier par exemple) ou d'un officier responsable de service, il encadre les militaires techniciens de l'air (militaires du rang). Certaines activités, comme la surveillance aérienne, les transmissions ou la santé nécessitent un travail en continu, 24 heures sur 24. En contre partie, ils bénéficient de jours de repos. Ils peuvent être envoyés en mission de plusieurs mois à l'étranger et leurs mutations interviennent tous les 8 à 10 ans.

Compétences

Rigueur, discipline, solidarité
Sens du devoir, efficacité et discipline font partie de l'univers militaire. Certains postes, comme celui de mécanicien avion ou de contrôleur aérien, requièrent également une grande vigilance. Autre qualité : l'esprit d'équipe. Mécaniciens, pilotes, contrôleurs, commandos doivent se comprendre pour que la mission réussisse.
Mobilité et sportivité
Secrétaire, mécanicien ou combattant, le sous-officier de l'air doit être prêt à partir à l'autre bout du monde à tout moment pour des périodes de quatre mois. Enfin, paramètre à ne pas négliger : le sport. L'activité physique constitue une pratique régulière pendant les heures de service.

Nature du travail

Opérations aériennes
Certains contrôleurs détectent et identifient tous les appareils qui pénètrent dans l'espace aérien, d'autres suivent les avions au radar pendant leur phase de vol. Dans une tour de contrôle, contrôleurs aériens et météorologistes veillent au bon déroulement des décollages et des atterrissages.
Mécanique et électronique
Le sous-officier mécanicien ou électronicien peut prendre en charge l'entretien des moteurs ou de la structure des aéronefs, la maintenance des systèmes et matériels électroniques (radars par exemple), le suivi technique des armements de bord conventionnels et nucléaires...
Renseignement et sécurité
Chargé du renseignement, le spécialiste transmission intercepte, déchiffre et achemine des messages dans les centraux radiotéléphoniques ou télégraphiques, exploite les photographies aériennes, les communications radio en langues étrangères... Les fusiliers commandos accompagnés de maîtres-chiens assurent la sécurité des bases aériennes, les pompiers de l'air luttent contre les incendies.
Soutien et support des bases
D'autres sous-officiers contribuent à faire fonctionner la base. Ils sont secrétaires, comptables, informaticiens, chargés de l'entretien des installations, mais aussi moniteurs d'entraînement physiques et sportifs, maîtres d'hôtel, infirmiers...

Formation pour accéder au métier

• L'École d'enseignement technique de Saintes (17) qui forme les apprentis mécaniciens et électroniciens de l'armée de l'air. Recrutement annuel sur concours : être âgé de 16 à 18 ans et avoir effectué une classe de seconde générale et technologique. Pendant 20 mois, les élèves suivent une formation scolaire (maths, mécanique, électricité, électronique et français), militaire et sportive qui s'achève par l'attribution du certificat d'aptitude militaire (CAM). Ils peuvent alors se présenter au bac. Ils intègrent ensuite, soit l'École de formation des sous-officiers de l'armée de l'air (EFSOAA) de Rochefort, soit l'École des techniques de la sécurité de l'armée de l'air de Cazaux (33). • L'École de formation des sous-officiers de Rochefort (17) qui recrute sur tests de sélection (psychotechnique, physique et médical) des jeunes âgés de 17 à 24 ans, titulaires du bac ou d'un bac + 2. Les candidats retenus suivent une formation militaire de 16 semaines à l'école, qui se termine par l'obtention du certificat d'aptitude militaire (CAM). Ils suivent ensuite un stage de 16 à 51 semaines, selon la spécialité choisie, dans l'une des écoles qui forment les sous-officiers de l'armée de l'air.