Jobintree

ingénieur télécoms et réseaux
ingénieur en télécommunications,  ingénieur réseau télécoms,  ingénieur télécoms,  responsable télécom

Les fibres optiques, le multimédia, le téléphone mobile ou l'internet constituent l'univers de l'ingénieur télécoms. Spécialiste de la transmission des informations (voix, données, images), il doit trouver les solutions aux problèmes d'adressage, de diffusion, de codage, de cryptage et de stockage. Il peut exercer des fonctions extrêmement variées, dans les secteurs du développement, de la fabrication de matériels et de la commercialisation.

Perdu en anglais ? Prenez des cours adaptés à votre métier !

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour ingénieur télécoms et réseaux :

Vie professionnelle

Une profession en mutation
Si les constructeurs de matériels sont encore touchés par la crise, les autres composantes de la galaxie télécoms se révèlent moins exposées. La profession a évolué. Moins axée sur la recherche et le développement, elle s'oriente vers le conseil et l'ingénierie de réseaux. L'amélioration des réseaux d'entreprise constitue pour les ingénieurs télécoms un créneau porteur.
Les secteurs qui recrutent
Sociétés de conseil, SSII, opérateurs (France Telecom, Cégetel, Bouygues...) et grandes entreprises (banques, transports) recherchent des professionnels très qualifiés. D'autres viviers d'emplois, l'automobile et l'aéronautique par exemple, utilisent les techniques des télécommunications (traitement du signal, transmission de l'information). Quant à l'armée, elle possède son propre corps d'ingénieurs militaires pour gérer son réseau particulier de télécommunications.
Salaire du débutant
En moyenne, 3200 euros brut par mois (source "01 Informatique")

Conditions de travail

Des équipes pluridisciplinaires
Autonome, l'ingénieur télécoms exerce de plus en plus au sein d'équipes pluridisciplinaires, avec des chercheurs en mathématiques, physique ou informatique. Devant des ordinateurs très puissants, dans un atelier de fabrication où fourmillent les circuits et les composants, ou chez les clients, il travaille sous pression. Il ne compte pas ses heures lorsqu'il s'agit de boucler un projet à temps.
Un secteur sans frontières
La crise oblige les constructeurs et les opérateurs (France Telecom, Cégetel, Bouygues...) à accroître la polyvalence et la mobilité fonctionnelle des ingénieurs télécoms. Certains cadres sont ainsi redéployés vers des postes de commerciaux pour améliorer la force de vente de l'entreprise. Dans ce secteur sans frontières, la pratique courante de l'anglais et la maîtrise d'une autre langue sont indispensables.

Compétences

Un spécialiste de haut niveau
De l'ingénieur télécoms, on attend qu'il possède une solide culture scientifique, qu'il maîtrise les technologies de pointe : microélectronique, informatique, optoélectronique... Les techniques de gestion et d'organisation de l'entreprise sont également très appréciées.
Un mouton à cinq pattes
S'il prend en charge un projet dans son ensemble, l'ingénieur télécoms en gère à la fois les aspects techniques et financiers. Des qualités de gestionnaire et de manager sont alors indispensables pour mener à bien tout projet. Rigoureux et méthodique, l'ingénieur fait appel à son intuition et à son sens du concret. La réactivité est indispensable pour s'adapter aux évolutions technologiques et commerciales. Il a également une certaine aptitude à communiquer, rendue nécessaire par le développement d'équipes pluridisciplinaires (chercheur, ingénieur, technicien, commercial...).

Nature du travail

Créer et fabriquer
L'ingénieur recherche travaille au développement des techniques de communication : numérisation du signal, développement de la commutation... Il devient chef de projet lorsqu'il définit l'architecture globale d'un nouveau produit (téléphone portable, visiophone...). Dans une société de services en ingénierie informatique (SSII), l'ingénieur développement utilise les techniques mises au point par l'ingénieur recherche pour créer des équipements télécoms et les logiciels associés. L'ingénieur production supervise la fabrication des téléphones et la mise en place de centraux téléphoniques.
Vendre et installer
À l'interface entre les constructeurs de matériel et les utilisateurs, l'ingénieur réseaux met en place les réseaux de communication. À lui de résoudre les problèmes liés à la distance, à la diversité des matériels et des logiciels... Autre fonction chez les opérateurs, celle de l'ingénieur d'affaires. Spécialiste du projet sur mesure, il détermine les besoins du client, les traduit en solutions techniques, établit un devis et assure le suivi de la réalisation du chantier.

Formation pour accéder au métier

Les écoles d'ingénieurs restent la voie classique de formation, mais le métier est accessible aux universitaires diplômés. • Les écoles d'ingénieurs recrutent sur concours, principalement à deux niveaux : après un bac S ou STI2D (développement durable), pour 5 ans d'études (prépa intégrée) ; après une formation de niveau bac + 2 (classes préparatoires, BTS, DUT ou licence scientifique ou professionnelle). Les écoles les mieux adaptées sont orientées télécoms et réseaux. Mais de nombreuses écoles d'électronique offrent une spécialité ou une option télécoms en cours de scolarité. Exemples : ENSEA à Cergy-Pontoise (95), ENSEIRB à Bordeaux, Polytech'Grenoble, Télécom ParisTech, Télécom Bretagne à Brest... Les écoles d'ingénieurs universitaires recrutent majoritairement à bac + 2. L'essentiel du vivier est composé d'étudiants ayant validé le 4e semestre d'une licence en sciences et technologie ou titulaires d'un DUT. • Les autres formations universitaires qui permettent d'occuper des emplois d'ingénieur télécoms et réseaux sont accessibles au niveau bac : trois ans d'études pour la licence, puis deux ans pour le master.