Jobintree

consultant

Stratégie, fusions, systèmes d'information, logistique, accompagnement du changement, e-business, marketing... Les domaines d'intervention du conseil sont vastes. De grands cabinets internationaux et des cabinets de moindre importance proposent leurs prestations aux entreprises. Ils emploient toute une hiérarchie de consultants, du junior à l'associé. Le recrutement porte à la fois sur des professionnels confirmés et des jeunes diplômés (bac + 5) repérés souvent par le biais des stages.

Perdu en anglais ? Prenez des cours adaptés à votre métier !

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour consultant :

Vie professionnelle

Les gros cabinets embauchent
Hormis pendant les années difficiles, les cabinets internationaux sont de gros recruteurs. Le volume annuel d'embauche varie ainsi de 200 à 1 000 postes dans des cabinets comme Ineumconsulting, Bearing point ou Accenture. Et les jeunes diplômés sont largement concernés puisqu'ils représentent souvent plus de la moitié des recrutés.Ce n'est pas le cas dans les petites structures qui privilégient souvent les professionnels confirmés. Le stage est la meilleure façon de mettre un pied dans les cabinets qui développent de nombreux partenariats avec les écoles.
Un parcours gagnant
On peut faire carrière en cabinet en progressant vite au début. L'évolution classique se décompose en 2 ans comme junior, 2 à 3 ans comme senior, 6 à 10 ans comme manager. Environ 5 % des professionnels accèdent ensuite au grade suprême d'associé.Le consultant qui choisit d'exercer en entreprise en cours de carrière bénéficie d'une carte de visite très recherchée.
Salaire du débutant
3000 euros brut par mois.

Conditions de travail

Chez le client
Si le « camp de base » du consultant est le cabinet pour lequel il travaille, la majeure partie de son temps se passe chez les clients qui lui ont confié une mission. Là, il s'adapte aux disponibilités des interlocuteurs qu'il rencontre.Après le débroussaillage initial, la mission atteint une phase décisive et les horaires deviennent extensibles. Sans compter les missions « coup-de-poing » au cours desquelles il peut travailler plusieurs nuits de suite.
Au sein d'une équipe
Le consultant junior est intégré à une équipe constituée de 3 à 40 personnes. Avec l'expérience, il prend lui-même en charge une équipe, organisant son travail sur le terrain. Plus tard, il gère les missions et les contacts avec les clients. Devenu associé, il est responsable des dossiers. Selon les missions, le consultant travaille avec des équipes différentes et des clients nouveaux.

Compétences

L'esprit d'entreprise
Partenaire du client, le consultant a l'esprit d'entreprise. Il doit être vif et percutant en face de présidents de groupe qui lui accordent peu de temps et de droit à l'erreur.Confronté sans cesse à des situations nouvelles, il sait prendre des initiatives tout en acceptant de se remettre en cause. Il est évalué après chaque mission, un moment important pour son évolution de carrière.
L'écoute active
Comprendre les besoins du client et ses inquiétudes est le fondement du métier. Il faut donc être assez curieux et réactif pour poser les bonnes questions. Puis faire preuve de qualités d'analyse et de synthèse pour poser un diagnostic juste et des solutions pertinentes.À cela s'ajoute la capacité à argumenter et à s'exprimer clairement. Et une touche de diplomatie lors des phases de mise en place du changement. Sans oublier le sens commercial indispensable pour progresser dans la hiérarchie.

Nature du travail

Apporter des solutions
Le consultant est un « facilitateur » doublé d'un expert. L'entreprise cliente fait appel à lui pour identifier et analyser ses problèmes et rechercher des solutions. Par exemple, mettre en place un outil de ressources humaines ou une solution technologique innovante. Le consultant affine progressivement sa spécialisation dans un secteur (banque, industrie, BTP, santé, secteur public...).
Une méthodologie bien rodée
Si chaque mission est différente, elle se découpe toujours en plusieurs phases.Avant de poser un diagnostic, le consultant rencontre les dirigeants et le personnel. Il organise des entretiens et recoupe les informations recueillies. Il procède ensuite à l'analyse des solutions et de leurs enjeux, qui débouche sur des recommandations. Vient alors la phase de formulation des conclusions qui peut conduire à la mise en place du changement.

Formation pour accéder au métier

Le métier est accessible aux titulaires d'un bac + 5. Les cabinets de conseil en management font appel à des profils variés (universitaires, diplômés d'écoles d'ingénieurs, de commerce et de gestion et d'IEP...). Les cabinets de conseil en informatique ou en ingénierie recrutent essentiellement des ingénieurs et des informaticiens. Dans tous les cas, l'anglais est indispensable.
Niveau bac + 5 et plus
• Diplôme d'école supérieure de commerce et de gestion avec une spécialisation en conseil en systèmes d'information, management industriel, GRH et conduite du changement, management stratégique, consulting, audit, conseil, management des nouvelles technologies, e-business... • Diplôme d'ingénieur avec une spécialisation en systèmes d'information, ingénierie conseil, management... • Diplôme d'institut d'études politiques (IEP); • Masters pro gestion et droit, management, pilotage stratégique d'entreprise, marketing, entrepreneuriat, systèmes d'information, ressources humaines, conseil et dynamiques de changement dans les organisations... • Masters recherche mention management socio-économique, spécialité consultant; • Mastères spécialisés conseil en organisation; strategic management...