mécanicien-réparateur en matériel agricole
mécanicien de matériels agricoles,  technicien de maintenance en machinisme agricole

Le mécanicien-réparateur en matériel agricole exerce dans un point de vente, dans les entreprises de travaux agricoles ou pour le compte d'une coopérative d'utilisation de matériel agricole. Son métier est très technique : il doit savoir diagnostiquer et réparer des pannes aussi bien mécaniques qu'hydrauliques, pneumatiques ou électroniques... D'où un niveau de qualification qui s'élève.

Perdu en anglais ? Prenez des cours adaptés à votre métier !

Offres d'emploi

Retrouvez les offres d'emploi pour mécanicien-réparateur en matériel agricole :

Vie professionnelle

Des effectifs stables
Les effectifs sont plutôt stables, mais des embauches pourraient intervenir dans les années à venir pour compenser les départs à la retraite. Les Cuma (coopératives d'utilisation de matériel agricole) et les entreprises de travaux agricoles offrent des débouchés intéressants.
Du personnel qualifié
Les machines incorporent toujours plus d'électronique, d'informatique, de pneumatique et d'hydraulique. Les réparer exige donc du personnel de plus en plus qualifié et parfois très spécialisé. Reflet de cette évolution, le mécanicien-réparateur devient parfois technicien de maintenance.
Évolution de carrière
Après quelques années, le mécanicien-réparateur peut évoluer vers un poste de chef d'atelier, de vendeur-conseil en matériel agricole dans un point de vente ou se spécialiser sur un type particulier de maintenance.
Salaire du débutant
A partir du Smic, et jusqu'à 1600 euros brut par mois.

Conditions de travail

Sur un point de vente
Le mécanicien-réparateur peut travailler dans un point de vente de machines agricoles. Il s'occupe alors de la mise au point du matériel neuf : montage, contrôle, essais puis livraison et réglages chez le client. Il assure ensuite le service après-vente.
ETA ou Cuma
Il peut aussi être employé par une ETA (entreprise de travaux agricoles) où, en plus de l'entretien et des réparations, il sera amené à conduire les machines. Enfin, il exerce parfois pour le compte d'une Cuma (coopérative d'utilisation de matériel agricole).
Au rythme des saisons
Son activité est rythmée par les saisons. En période de pointe, pendant la moisson par exemple, les déplacements sur les terres sont fréquents et les horaires chargés. Le travail commence tôt le matin et se prolonge parfois tard le soir.

Compétences

Une technicité avancée
Pulvérisateur électronique, matériel d'élevage automatisé, lignes de conditionnement... Aujourd'hui, les commandes numériques ont remplacé les rouages. Très sophistiquées, les machines imposent de connaître la soudure autant que l'électronique, la pneumatique autant que l'hydraulique et, bien entendu, l'informatique.
Une dose de débrouillardise
Par ailleurs, mieux vaut être résistant pour travailler dehors par tous les temps. La débrouillardise et la rapidité d'intervention sont également requises pour venir en aide aux exploitants dont le matériel est tombé en panne en plein travail.
Robustesse et bon contact
Une bonne coordination des gestes et une certaine robustesse sont indispensables, car les pièces à manipuler (courroie, moteur...) sont parfois volumineuses et lourdes. Enfin, couramment au contact de la clientèle sur le terrain, ce métier nécessite une bonne mobilité et un bon contact avec le monde rural.

Nature du travail

Des engins variés
Tracteur, moissonneuse-batteuse, trieuse ou trayeuse électrique : le mécanicien-réparateur en matériel agricole connaît les spécificités des engins les plus variés. Expert technique, il est chargé de la maintenance des équipements utilisés sur une exploitation.
L'entretien au quotidien
Pas question de mettre l'agriculteur en difficulté au moment des labours ou des récoltes ! Il faut entretenir le matériel toute l'année et le réviser périodiquement : démonter les appareils, contrôler leur bon fonctionnement et changer les pièces défectueuses.
Beaucoup d'électronique
Comme pour tout mécanicien, le travail d'atelier consiste à graisser, vidanger, changer des pièces, purger... Mais les interventions sur le matériel électronique ou automatisé relèvent davantage de la programmation que de la mécanique.
En plein champ
Un conducteur de machines agricoles tombe en panne en plein champ ? Un distributeur automatique de grains ne fonctionne plus ? C'est le mécanicien-réparateur qu'on appelle à la rescousse ! Sur place, il établit un diagnostic et remplace la pièce dans les meilleurs délais, parfois avec un outillage minimal.

Formation pour accéder au métier

La demande des entreprises tire le niveau de formation vers le haut. Les titulaires de CAP diminuent au profit des bacheliers professionnels et des titulaires de BTS. • CAP maintenance des matériels option tracteurs et matériels agricoles • Bac pro maintenance des matériels option A agricoles • BTSA génie des équipements agricoles